Grands Titres

  • Éducation - La CLASSE en Abitibi-Témiscamingue +

    Manifestation au centre-ville Rouyn-Noranda Photo :  Jean-François BélangerLa Coalition large de l'association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) était de passage à Rouyn-Noranda.La CLASSE effectue une tournée québécoise afin de distribuer son manifeste, publié le 12 juillet, et intitulé "Nous sommes avenir".... Lire la suite
  • Économie - Investissement de 12 millions de dollars par Ressource Québec pour le projet Dumont +

    Le site du projet Dumont est identifié dans la zone orange. Photo :  http://www.royalnickel.comRoyal Nickel a annoncé un investissement de 12 millions de dollars par Ressource Québec dans le projet de nickel Dumont situé dans le secteur de Launay.Un investisssement qui permettra de poursuivre les activités de mise en... Lire la suite
  • Levée partielle de l'interdiction de feux à ciel ouvert au Québec +

      |  Radio-Canada avec La Presse Canadienne ... Lire la suite
  • Sport - 200 personnes réunies pour assister à la victoire de Christine Girard +

    Les supporteurs de Christine Girard réunis à Rouyn-Noranda Photo :  Jean-François BélangerPrès de 200 personnes se sont réunies à la salle Évolu-Son, à Rouyn-Noranda, afin d'assister à la compétition.L'émotion était palpable parmi les parents, amis et supporteurs lorsque l'obtention de la médaille par Christine Girard a ét... Lire la suite
  • Haltérophilie - Le bronze à bout de bras pour Girard +

    Christine Girard Photo :  PC/Hassan Ammar Christine Girard est devenue la première Canadienne à remporter une médaille olympique en haltérophilie. L'athlète de 27 ans a décroché le bronze chez les 63 kg, mardi, aux Jeux de Londres. « Je suis tellement contente! À cause des doutes qui ont to... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:
Violence conjugale Il existe encore des situations dans lesquelles les personnes-ressources sont incapables de venir en aide aux femmes victimes de violence conjugale. (archives)


Il existe encore des situations dans lesquelles les personnes-ressources sont incapables d'aider les femmes victimes de violence conjugale.

C'est pourquoi l'organisme S.O.S. violence conjugale a organisé un colloque, jeudi à Rouyn-Noranda, à l'occasion de sa tournée des régions. L'objectif était de permettre aux différentes personnes-ressources de concerter leurs efforts et d'adopter une même vision.

Les discussions ont surtout porté sur les situations dans lesquelles les organismes sont incapables d'aider la victime. Les quelque 50 personnes qui ont participé au colloque ont tenté de trouver des solutions pour ces situations précises.

Dans certains cas, les efforts des organismes ont parfois même un effet contraire sur la victime, comme l'explique la responsable du soutien clinique à S.O.S. violence conjugale, Claudine Thibaudeau : « Par exemple, des femmes victimes de violence conjugale qui vont perdre la garde de leurs enfants au profit du conjoint violent parce qu'il y a eu des accusations d'aliénation parentale. Mais quand on regarde vraiment la situation, on se rend compte que ce n'est pas de l'aliénation parentale, car la femme n'essayait pas d'éloigner ses enfants d'un bon père, elle essayait de protéger ses enfants contre un père violent. »

Dans ce genre de situation, bien souvent, la victime n'est pas crue par ses proches et cela complique la tâche des personnes-ressources. « Ça fait en sorte qu'il y a des victimes qui hésitent à demander de l'aide », affirme Claudine Thibaudeau.

Néanmoins, S.O.S. violence conjugale affirme recevoir plus de 25 000 appels par année, de partout au Québec.

Actualités en vidéo

Partenaires