Grands Titres

  • N.-B. : les pêcheurs de homard manifestent de nouveau +

    La trêve aura été de courte durée dans la crise du homard au Nouveau-Brunswick. Les pêcheurs ont repris leurs manifestations, dimanche, à Richibouctou-Village.Les pêcheurs ont rejeté l'entente conclue vendredi entre l'Union des pêcheurs des Maritimes, les usines de transformation et le gouvernement. Ils disent ne pas être satisfaits des prix a... Lire la suite
  • Industrie forestière - Échec d'une entente entre Irving et les propriétaires de lots boisés +

    La scierie de la forestière Irving à Clair, au Nouveau-Brunswick (archives) Photo :  Marie-Hélène Lange/Radio-CanadaLa forestière J. D. Irving a rejeté, vendredi, une proposition qui devait permettre une reprise des livraisons de bois mou pour la pâte.Le géant forestier Irving et les propriétaires de lots boisés privés se... Lire la suite
  • Crise du homard - Les pêcheurs de homards du N.-B. lèvent la barricade +

    Les manifestants ont libéré la route, vendredi après-midi. Photo :  Michèle Brideau/Radio-CanadaLes pêcheurs qui manifestaient à Bedec, près de Richibouctou-Village au Nouveau-Brunswick, ont plié bagage vendredi en fin d'après-midi.Ils ont levé la barricade qu'ils avaient érigée avec des cages de homards, pour bloquer l'... Lire la suite
  • Crise du homard - Les représentants de l'industrie de la pêche au homard du N.-B. se rencontrent à Fredericton +

    Le point de presse du ministre des Pêches du Nouveau-Brunswick au sujet de la crise du homard Photo :  Nicolas Steinbach/Radio-CanadaDes représentants de l'Union des pêcheurs des Maritimes, des usines de transformation et le ministre des Pêches du Nouveau-Brunswick font le point sur la crise du homard, à Fredericton.Le... Lire la suite
  • Palourdes - Une entrepreneure dénonce la lenteur d'une inspection +

    Des palourdes Photo :  AP/Pat WellenbachLa propriétaire d'une usine de transformation de poroduits marins du Nouveau-Brunswick dénonce ce qu'elle qualifie d'un « abus de pouvoir » de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.Marie Légère, de St. Thomas Fish Market, dans la région de Bouctouche, doit détruire vendredi,... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:
Scierie Irving La scierie de la forestière Irving à Clair, au Nouveau-Brunswick (archives) Photo :  Marie-Hélène Lange/Radio-Canada

La forestière J. D. Irving a rejeté, vendredi, une proposition qui devait permettre une reprise des livraisons de bois mou pour la pâte.

Le géant forestier Irving et les propriétaires de lots boisés privés se sont rencontrés vendredi, à Fredericton au Nouveau-Brunswick, pour tenter de trouver un terrain d'entente.

Robert Pinette, vice-président aux opérations forestières chez JD Irving Robert Pinette, vice-président aux opérations forestières chez JD Irving Photo :  Michel Nogue/Radio-Canada

La forestière a rappelé qu'elle souhaite que les contrats conclus avec des propriétaires de lots boisés, qui avaient été déclarés illégaux le 26 juillet, soient considérés comme légitimes. « C'est de s'assurer que les fournisseurs avec qui on a fait affaire dans le passé puissent continuer à faire affaire avec nous », a expliqué Robert Pinette, vice-président des opérations forestières chez J. D. Irving.

Depuis deux ans, l'entreprise négocie des contrats d'approvisionnement directement avec une quarantaine de propriétaires de lots boisés, sans passer par l'un ou l'autre des sept offices de commercialisation des produits forestiers.

Des offices ont porté plainte, et la Commission provinciale des produits forestiers leur donne raison. Selon ses conclusions, la compagnie forestière doit négocier avec les offices de commercialisation des produits forestiers, puisque ces derniers agissent comme les courtiers des propriétaires de lots boisés.

Des représentants de trois offices de commercialisation des produits forestiers Des représentants de trois offices de commercialisation des produits forestiers Photo :  Michel Nogue/Radio-Canada

La Commission provinciale des produits forestiers a donc proposé à la forestière de lui permettre de faire affaire avec ses fournisseurs, à condition qu'elle accepte de recevoir 16 chargements de bois des offices de commercialisation, la semaine prochaine seulement.

L'entreprise a toutefois refusé cette proposition.

À la fin juillet, la forestière avait avisé les propriétaires de lots boisés du Nouveau-Brunswick qu'elle n'achèterait plus leur bois à pâte jusqu'à nouvel ordre.

Cette mesure se voulait une réaction à une décision de la Commission des produits forestiers du Nouveau-Brunswick. L'agence gouvernementale a décidé le 25 juillet dernier qu'en matière d'achat de bois, les forestières devaient transiger principalement avec les Offices de commercialisation des produits forestiers.

Actualités en vidéo

Partenaires