Grands Titres

  • N.-B. : les pêcheurs de homard manifestent de nouveau +

    La trêve aura été de courte durée dans la crise du homard au Nouveau-Brunswick. Les pêcheurs ont repris leurs manifestations, dimanche, à Richibouctou-Village.Les pêcheurs ont rejeté l'entente conclue vendredi entre l'Union des pêcheurs des Maritimes, les usines de transformation et le gouvernement. Ils disent ne pas être satisfaits des prix a... Lire la suite
  • Industrie forestière - Échec d'une entente entre Irving et les propriétaires de lots boisés +

    La scierie de la forestière Irving à Clair, au Nouveau-Brunswick (archives) Photo :  Marie-Hélène Lange/Radio-CanadaLa forestière J. D. Irving a rejeté, vendredi, une proposition qui devait permettre une reprise des livraisons de bois mou pour la pâte.Le géant forestier Irving et les propriétaires de lots boisés privés se... Lire la suite
  • Crise du homard - Les pêcheurs de homards du N.-B. lèvent la barricade +

    Les manifestants ont libéré la route, vendredi après-midi. Photo :  Michèle Brideau/Radio-CanadaLes pêcheurs qui manifestaient à Bedec, près de Richibouctou-Village au Nouveau-Brunswick, ont plié bagage vendredi en fin d'après-midi.Ils ont levé la barricade qu'ils avaient érigée avec des cages de homards, pour bloquer l'... Lire la suite
  • Crise du homard - Les représentants de l'industrie de la pêche au homard du N.-B. se rencontrent à Fredericton +

    Le point de presse du ministre des Pêches du Nouveau-Brunswick au sujet de la crise du homard Photo :  Nicolas Steinbach/Radio-CanadaDes représentants de l'Union des pêcheurs des Maritimes, des usines de transformation et le ministre des Pêches du Nouveau-Brunswick font le point sur la crise du homard, à Fredericton.Le... Lire la suite
  • Palourdes - Une entrepreneure dénonce la lenteur d'une inspection +

    Des palourdes Photo :  AP/Pat WellenbachLa propriétaire d'une usine de transformation de poroduits marins du Nouveau-Brunswick dénonce ce qu'elle qualifie d'un « abus de pouvoir » de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.Marie Légère, de St. Thomas Fish Market, dans la région de Bouctouche, doit détruire vendredi,... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:
La ministre des Ressources humaines, Diane Finley La ministre des Ressources humaines, Diane Finley

Le gouvernement fédéral utilisera une nouvelle méthode de calcul dès le 5 août pour déterminer le montant auquel ont droit les bénéficiaires de l'assurance-emploi qui tirent également un revenu de travail.

La ministre des Ressources humaines et du Développement social, Diane Finley, a procédé jeudi à l'annonce officielle concernant ce projet pilote de l'assurance-emploi.

Les précisions de Sophie Désautels

Le projet pilote a pour but d'inciter ceux qui ont recours à l'assurance-emploi à travailler davantage. Ainsi, 0,50 $ seront enlevés au montant total de la prestation pour chaque dollar gagné en travaillant.

Les personnes pénalisées par le projet pilote sont donc celles qui travaillent peu. Plus un individu gagnera en salaire, moins il sera pénalisé.

La ministre fédérale des Ressources humaines, Diane Finley, affirme que ces modifications ont pour but d'aider les travailleurs. Elle rappelle que le programme d'assurance-emploi est avant tout une mesure temporaire, et non un revenu garanti.

Méthode actuelleLa méthode utilisée actuellement permet aux prestataires d'assurance-emploi de travailler jusqu'à deux journées par semaine, sans voir le montant de leurs prestations réduit. Ils peuvent donc gagner jusqu'à 180 $ sans être pénalisés.

Pour les prestataires d'assurance-emploi qui gagnent au-delà de ce montant en travaillant, une pénalité d'un dollar s'impose sur leur chèque d'assurance-emploi pour chaque dollar gagné en salaire.

La mairesse de Cap-Pelé, Debbie Dodier La mairesse de Cap-Pelé, Debbie Dodier

Confusion chez les travailleurs saisonniers

Les travailleurs qui ont recours à l'assurance-emploi sont inquiets face à ces changements. Plusieurs estiment que le nouveau calcul est complexe, et crée de la confusion.

La mairesse de Cap-Pelé au Nouveau-Brunswick, Debbie Dodier, affirme par ailleurs que ces modifications nuiront aux municipalités qui dépendent des travailleurs saisonniers.

Selon elle, les travailleurs ne pourront plus accepter de travail occasionnel sans être pénalisés. Les employeurs, de leur côté, auront de la difficulté à trouver la main-d'oeuvre nécessaire, croit-elle.

Actualités en vidéo

Partenaires