Grands Titres

  • Stampede de Strathmore - Seul en son genre au pays, le lâcher de taureaux de Strathmore a fêté ses 10 ans +

    La compétition Running with the Bulls a lieu durant le Stampede de Strathmore en Alberta. Il s'agit du seul lâcher de taureaux au Canada.Chacun suivant sa stratégie pour ne pas être écorné ou piétiné par les bovins furieux, des dizaines de personnes ont participé à la course contre les taureaux Lire la suite
  • Faits divers - Un homme recherché en lien avec un accident grave à Winnipeg capturé à Edmonton +

    L'Accord a été renversée sur le côté par la force de l'impact. La police de Winnipeg recherchait un suspect de 21 ans en lien avec cet incident survenu au coin de l'avenue Portage et de la rue Berry à Winnipeg le 15 juillet dernier. Photo :  Lyza SaleUn homme arrêté par la Lire la suite
  • Environnement - Le mauvais temps persiste dans le centre de l'Alberta +

    Ces nuages menaçants aperçus vers 19 h samedi au-dessus du quartier Strathcona d'Edmonton annonçaient le mauvais temps qui allait s'abattre sur la ville. Photo :  Marion WarnicaEnvironnement Canada a émis dimanche une veille d'orages violents qui pourraient être accompagnés de grosse grêle et de vents destructeurs dans le... Lire la suite
  • Triathlon - Canada - Paula Findlay s'excuse, Simon Whitfield critique son entourage +

    Une course qui fait des vagues Au lendemain de sa 52e et dernière place, la triathlonienne et grand espoir de médaille Paula Findlay continue de s'excuser dimanche. « Je sais combien de temps et d'argent ont été investis en moi. Je voulais tellement rendre les gens fiers, a-t-elle exp... Lire la suite
  • Alberta : une affaire de compte de dépenses gonflé scandalise Alison Redford +

    La première ministre albertaine Alison RedfordLa première ministre de l'Alberta Alison Redford s'est déclarée outrée d'avoir appris qu'un haut responsable des services de santé de la province avait accumulé des centaines de milliers de dollars en dépenses pour divers biens et services, allant des repas gastronomiques aux r... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:
Justice

Une juge de l'Alberta a finalement consenti à accorder un sursis en ce qui a trait au débranchement d'une fillette de deux ans plongée dans un coma après avoir supposément été agressée par ses parents.

Une première juge de la Cour du Banc de la Reine d'Edmonton, June Ross, avait dit être d'accord avec les médecins qui soutenaient qu'il était dans le meilleur intérêt de l'enfant de ne plus la maintenir artificiellement en vie et de lui offrir plutôt des soins palliatifs.

Mais les avocats des parents accusés réclamaient un délai afin de pouvoir aller en appel de la décision du premier juge. La cause en appel devrait être entendue dès la semaine prochaine.

Des techniciens ambulanciers paramédicaux ont découvert la fillette et sa soeur jumelle dans leur domicile, le 25 mai. Les deux souffraient de malnutrition et de blessures.

Leurs parents ont été accusés de voies de fait graves, de négligence criminelle ayant causé des lésions corporelles, et d'omission de remplir l'obligation de fournir les éléments nécessaires à l'existence.

Leurs noms ne peuvent être divulgués afin de protéger l'identité des enfants.

Le jugement autorisant le débranchement

La juge June Ross de la Cour du Banc de la Reine devait statuer sur la question du débranchement, car les médecins de la petite hospitalisée à Edmonton soutiennent qu'elle est paralysée, en état de mort cérébrale, et que son état ne s'améliorera pas.

Elle a penché pour les médecins, et contre les parents de la fillette.

« Il est normalement présumé que les parents voient aux meilleurs intérêts de leurs enfants et ont la capacité de prendre des décisions importantes qui reflètent ces intérêts. Toutefois, dans ce cas-ci, il y a des circonstances qui me font accorder moins de poids à la décision des parents de M », statut notamment la magistrate dans le texte de sa décision rendue vendredi.

Si les parents décidaient de débrancher l'enfant, des accusations d'homicide pourraient être portées contre eux. Cependant, le couple de confession musulmane affirme qu'ils ne veulent pas débrancher l'enfant pour une question de conviction religieuse.

« Un facteur qui ne peut être ignoré est qu'ils sont, de façon inhérente, en conflit d'intérêts. Les parents de M n'ont pas été contreinterrogés à propos des raisons qui motivent leur décision de continuer les traitements de M, mais ils font déjà face à des accusations criminelles liées au mauvais traitement présumé de M et c'est un fait établi qu'ils pourraient encourir des accusations supplémentaires ou autres si M meurt », résume la juge Ross, à propos des enjeux de cette cause.

« Même si les parents de M pensent que leur décision est motivée par des croyances religieuses et l'amour de M, je demeure avec la crainte que leur décision soit peut-être en fait motivée par un intérêt personnel. » — juge June Ross, Cour du Banc de la Reine de l'Alberta

Tout en considérant les croyances religieuses des parents, la juge établit qu'elles ne sont pas les facteurs déterminants de ce qui est dans le meilleur intérêt de l'enfant, « surtout que M elle-même est trop jeune pour avoir fait elle-même ses propres engagements religieux ».

La juge poursuit en disant que les parents étant incarcérés, ils n'ont pu pas pu s'occuper de leur enfant au jour-le-jour et ne sont donc pas aussi informés sur son état qu'ils auraient pu l'être.

Accusations de maltraitance

Les parents de l'enfant ont été arrêtés pour avoir maltraité et négligé leurs jumelles de deux ans.

Le 25 mai dernier, les ambulanciers s'étaient rendus au domicile familial, après avoir reçu un appel du père des enfants.

L'une des jumelles présentait plusieurs blessures et l'autre s'était retrouvée en arrêt cardiaque, selon la police d'Edmonton. Les secours avaient réussi à réanimer cette dernière, qui semblait avoir subi un sévère coup à la tête. Depuis l'incident, elle est maintenue en vie artificiellement à l'hôpital.

On ne craint pas pour la vie de la deuxième jumelle.

Les médecins qui ont examiné les jumelles avancent qu'elles auraient aussi été victimes de malnutrition, puisque l'une pesait 5,9 kg (13 lbs) et l'autre 7,2 kg (16 lbs). La police affirme que des enfants de cet âge pèsent habituellement près de 11,8 à 12,2 kg (26 à 27 lbs).

Le troisième enfant de la famille n'a subi aucune blessure. Ce garçon a été placé dans une famille d'accueil.

Les parents des jumelles ont été arrêtés le 12 juin; ils sont accusés de voies de fait graves, de négligence criminelle ayant causé des lésions corporelles et de manquement au devoir de fournir les choses nécessaires à l'existence. Leur demande de libération sous caution avait été rejetée en juillet.

Le nom des parents ne peut être divulgué puisque cela compromettrait la confidentialité de l'identité des enfants.

Actualités en vidéo

Partenaires