Grands Titres Économie

  • Homard - Les pêcheurs du Nouveau-Brunswick maintiennent la pression +

    Des pêcheurs en colère ont manifesté, vendredi, aux abords de l'usine de transformation de homards à Bedec, près de Richibouctou-Village, au Nouveau-Brunswick. Les pêcheurs ont réussi à causer la fermeture de l'usine Village Bay Sea Products pour la journée. Les pêcheurs reprochent à des transformateurs de s'approvisionner aux États-Unis, et ils cr... Lire la suite
  • Guerre de chiffres entre Legault et Charest +

    Jean Charest et François Legault dressent un portrait différent de l'économie québécoise. Jean Charest soutient que le Québec a connu, au cours des dernières années, une prospérité économique exceptionnelle. À l'opposé, François Legault affirme que les Québécois se sont appauvris sous le règne libéral. ... Lire la suite
  • 300 emplois pourraient être sauvés chez Aveos +

    Un avion d'Air Canada en entretienL'entreprise britannique AJ Walters a signé une lettre d'entente pour acheter les actifs du centre d'entretien des composantes avioniques d'Aveos, ce qui pourrait sauver jusqu'à 300 emplois.AJ Walters compte faire de Montréal son nouveau centre mondial pour la maintenance et la réparation... Lire la suite
  • Les touristes moins nombreux dans les hôtels montréalais en juillet +

     Photo :  iStockL'Association des hôtels du grand Montréal a enregistré une chute de 12,5 % du taux d'occupation des chambres au mois de juillet, par rapport à la même période l'an dernier.Sauf en 2009, il n'y a jamais eu un taux d'occupation aussi bas depuis 15 ans, selon l'association qui représente un peu plus de 70 établissements.Cette Lire la suite
  • Apple accapare les deux tiers du marché des tablettes +

    Un iPad 2 (archives) Photo :  AFP/Getty/Mario TamaLe géant américain de l'électronique Apple a creusé son avance sur le marché en pleine explosion des tablettes multimédias, avec 68 % de parts de marché pour son iPad au deuxième trimestre, selon une étude du cabinet IDC.Au total, les ventes mondiales sont estimées à 2... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:
La banque SCB accusée de faire des transactions avec l'Iran La façade de la banque Standard Charterd (SCB) à Hong Kong (Archives) Photo :  AFP/RICHARD A. BROOKS

Une autorité de régulation de l'État de New York a accusé lundi la banque britannique Standard Chartered (SCB) d'avoir dissimulé des transactions représentant « environ 250 milliards de dollars » avec l'Iran. Les États-Unis interdisent aux personnes physiques et morales présentes dans le pays d'effectuer toute transaction avec la République islamique.

Selon le Département des services financiers de l'État de New York, la SCB aurait, « pendant au moins dix ans », perçu « des centaines de millions de dollars de commissions ». La banque britannique aurait ainsi « laissé le système financier américain vulnérable aux terroristes, trafiquants d'armes, trafiquants de drogue et régimes corrompus ».

Des accusations bien plus graves que celles qui visaient il y a trois semaines l'institution financière britannique HSBC. Cette dernière aurait aidé des clients à blanchir de l'argent lié au trafic de drogue ou au financement du terrorisme, selon un rapport du Sénat américain.

Le ministère américain du Trésor, très au fait des mesures de rétorsion contre l'Iran, a refusé de commenter l'enquête qui vise la SCB. Néanmoins, les autorités financières ont indiqué traiter la violation de ces sanctions « extrêmement sérieusement ».

Dans son « injonction », le Département des services financiers de l'État de New York précise que son accusation s'appuie sur « plus de 30 000 pages de documents, y compris des courriels internes à SCB qui décrivent des infractions au droit délibérées ou condamnables ».

« Entre janvier 2001 et jusqu'en 2007, SCB a conspiré avec ses clients iraniens pour faire transiter près de 60 000 paiements différents en dollars par sa filiale new-yorkaise après avoir retiré les informations des messages de virements permettant d'identifier des pays, entités et individus frappés de sanctions », poursuit l'autorité de régulation.

Le Département des services financiers de l'État de New York cite notamment un courriel d'un cadre dirigeant de la banque : « Espèce de c... d'Américains, qui êtes-vous pour nous dire, au reste du monde, que nous n'allons pas faire affaire avec des Iraniens ? ».

La direction de SCB a été sommée de venir s'expliquer le 15 août sur « ces infractions apparentes et pour démontrer pourquoi sa licence d'exploitation dans l'État de New York ne devrait pas être révoquée ».

À la suite des accusations du Sénat américain, HSBC avait dû verser 700 millions de dollars de provision.

Actualités en vidéo

Partenaires