Grands Titres Économie

  • Homard - Les pêcheurs du Nouveau-Brunswick maintiennent la pression +

    Des pêcheurs en colère ont manifesté, vendredi, aux abords de l'usine de transformation de homards à Bedec, près de Richibouctou-Village, au Nouveau-Brunswick. Les pêcheurs ont réussi à causer la fermeture de l'usine Village Bay Sea Products pour la journée. Les pêcheurs reprochent à des transformateurs de s'approvisionner aux États-Unis, et ils cr... Lire la suite
  • Guerre de chiffres entre Legault et Charest +

    Jean Charest et François Legault dressent un portrait différent de l'économie québécoise. Jean Charest soutient que le Québec a connu, au cours des dernières années, une prospérité économique exceptionnelle. À l'opposé, François Legault affirme que les Québécois se sont appauvris sous le règne libéral. ... Lire la suite
  • 300 emplois pourraient être sauvés chez Aveos +

    Un avion d'Air Canada en entretienL'entreprise britannique AJ Walters a signé une lettre d'entente pour acheter les actifs du centre d'entretien des composantes avioniques d'Aveos, ce qui pourrait sauver jusqu'à 300 emplois.AJ Walters compte faire de Montréal son nouveau centre mondial pour la maintenance et la réparation... Lire la suite
  • Les touristes moins nombreux dans les hôtels montréalais en juillet +

     Photo :  iStockL'Association des hôtels du grand Montréal a enregistré une chute de 12,5 % du taux d'occupation des chambres au mois de juillet, par rapport à la même période l'an dernier.Sauf en 2009, il n'y a jamais eu un taux d'occupation aussi bas depuis 15 ans, selon l'association qui représente un peu plus de 70 établissements.Cette Lire la suite
  • Apple accapare les deux tiers du marché des tablettes +

    Un iPad 2 (archives) Photo :  AFP/Getty/Mario TamaLe géant américain de l'électronique Apple a creusé son avance sur le marché en pleine explosion des tablettes multimédias, avec 68 % de parts de marché pour son iPad au deuxième trimestre, selon une étude du cabinet IDC.Au total, les ventes mondiales sont estimées à 2... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:
Couche-tard : des syndiqués se retrouvent un an après la fermeture de leur dépanneur Les anciens employés ont manifesté un an jour pour jour après la fermeture de l'établissement où ils travaillaient, au coin des rues d'Iberville et Jean-Talon.

Un an après la fermeture d'un dépanneur Couche-Tard de Montréal dont les employés venaient de se syndiquer, des travailleurs de l'entreprise affiliés à la CSN se sont réunis samedi midi devant leur ancien commerce pour souligner le premier anniversaire de ce que le syndicat qualifie d'une « fermeture sauvage ».

Les travailleurs de Couche-Tard ont tenu un événement familial destiné à rappeler à la direction qu'ils se battront jusqu'au bout pour la reconnaissance de leurs droits.

Depuis cette fermeture en 2011, les employés de six autres dépanneurs de la chaîne se sont syndiqués. Les négociations pour conclure de premiers contrats de travail sont en cours dans plusieurs de ces établissements. La CSN représente actuellement près d'une centaine de travailleurs de Couche-Tard.

Deux autres dépanneurs de Montréal ont été fermés par l'entreprise. Les audiences sur ces deux fermetures ont repris le 5 septembre à la Commission des relations du travail.

Pour les employés de Couche-Tard, la CSN recherche des augmentations de salaire allant jusqu'à 12,80 $ l'heure, ainsi que quatre journées de maladie payées.

La centrale syndicale signale qu'au cours de l'été, Alimentation Couche-Tard a dévoilé une augmentation de 24 pour cent de ses profits en un an. Elle souligne également que l'entreprise a fait l'acquisition de nouveaux dépanneurs un peu partout dans le monde, dont les établissements syndiqués de la chaîne Statoil, en Norvège.

Le vice-président de la CSN, Jean Lacharité, affirme qu'Alimentation Couche-Tard, avec cette acquisition, se place dans une situation inconfortable.

« L'ironie du sort fait en sorte qu'en faisant l'acquisition de Statoil en Europe, il se retrouve avec une entreprise très fortement syndiquée. Ils reconnaissent la syndicalisation en Norvège, mais ne veulent pas le faire au Québec », a affirmé M. Lacharité.


Couche-tard : des syndiqués se retrouvent un an après la fermeture de leur dépanneur

Actualités en vidéo

Partenaires