Grands Titres Politique

  • Pauline Marois promet un nouveau régime de redevances minières +

    Pauline Marois, entourée de certains des membres de son équipe économique (de gauche à droite): Élaine Zakaïb, Nicolas Marceau, Alain Therrien, Pierre Langlois et Martine Ouellet Un gouvernement péquiste apporterait des « changements majeurs » au régime de redevances minières, avec un impôt sur les surprofits et la perception de redeva... Lire la suite
  • Duceppe livre une charge virulente contre Khadir +

    Gilles Duceppe, l'ex-chef du Bloc québécois Photo :  PC/Graham Hughes Le député de Québec solidaire Amir Khadir est un être populiste et opportuniste, qui ne mérite même pas le respect, estime l'ex-chef bloquiste Gilles Duceppe, dans une entrevue à La Presse canadienne, vendredi. Il met aussi en doute les... Lire la suite
  • Jacques Duchesneau sera candidat pour la CAQ +

    L'ancien chef de l'Unité anticollusion, Jacques Duchesneau Photo :  Radio-Canada L'ex-directeur de l'Unité anticollusion (UAC), Jacques Duchesneau, sera candidat pour la Coalition avenir Québec aux prochaines élections. Deux sources proches du dossier ont confirmé à Radio-Canada qu'une entente était intervenue en... Lire la suite
  • CAQ : chaque Québécois aura un médecin d'ici un an +

    Les explications de Michel Rochon La Coalition avenir Québec promet de fournir à chaque famille du Québec l'accès à un médecin si elle est élue, et ce en misant sur les groupes de médecine familiale. La formation politique promet d'« inciter de manière dynamique » les médecins qui prenn... Lire la suite
  • Jean Charest veut garder les 55ans et plus au travail +

    Jean Charest, entouré des ministres Alain Paquet (délégué aux Finances et responsable de la région de Laval), Julie Boulet (Emploi et Solidarité sociale), Raymond Bachand (Finances et Revenu) et Marguerite Blais (responsable des Aînés) Le chef libéral, Jean Charest, s'engage à mettre en place des conditions qui permettront aux t... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:
Pierre Elliott Trudeau et Margaret Thatcher le 4 octobre 1981 Pierre Elliott Trudeau et Margaret Thatcher le 4 octobre 1981 Photo :  PC/PETER BREGG

Margaret Thatcher a dit à Pierre Elliott Trudeau qu'elle n'avait aucun désir de composer avec des « files d'Indiens » qui frapperaient à la porte du 10 Downing Street pour s'opposer au projet de rapatriement de la Constitution, indiquent des documents récemment déclassifiés.

Le compte rendu d'une rencontre cruciale entre la première ministre britannique et son homologue canadien témoigne des réticences qu'éprouvait Margaret Thatcher quant à l'idée de se retrouver mêlée à la saga politique qui secouait alors l'ancienne colonie britannique.

L'année 2012 marque le 30e anniversaire du rapatriement de la Constitution, grâce à la promulgation d'une loi constitutionnelle qui comprenait une formule d'amendement et une charte des droits et libertés.

Même si le Canada était, à toutes fins utiles, maître de sa destinée depuis belle lurette, son projet de rapatriement devait être avalisé par Westminster, et plusieurs intérêts divergents devaient être entendus.

Selon le compte rendu de la réunion du 25 juin 1980 à Londres, Margaret Thatcher a dit que le gouvernement britannique « ne voulait pas être accusé de s'être interposé », et que « si, par exemple, des files d'Indiens frappaient à la porte du numéro 10, la réponse serait qu'il revient au Canada de décider de son avenir ».

L'année précédente, une délégation de leaders autochtones et d'aînés avait passé une semaine à Londres, et sollicité l'aide des Britanniques afin d'obtenir un siège à la table des négociations constitutionnelles.

Pendant la rencontre avec M. Trudeau, il a été suggéré que les choses seraient plus simples si le Canada « avait une approche unifiée ». Pierre Elliott Trudeau avait rétorqué que le gouvernement de la Grande-Bretagne « serait accusé d'être intervenu, et ce, peu importe ce qu'il [adviendrait] ».

Il a également ajouté que Londres devait « oublier » l'approche unifiée qu'elle aurait souhaitée. « Les provinces voudraient être entendues. L'une ou plusieurs d'entre elles diraient qu'elles n'obtiennent pas ce qu'elles auraient voulu », a-t-il affirmé.

La Presse Canadienne a obtenu des copies de ces documents auparavant confidentiels, qui étaient conservés aux Archives nationales britanniques.

Selon Steve Hewitt, chargé de cours à la faculté des études américaines et canadiennes de l'Université de Birmingham, il semble que la Grande-Bretagne s'inquiétait d'être considérée comme un « paratonnerre » pour les Canadiens mécontents de ce rapatriement.

« Je pense qu'il était très clair qu'il n'y aurait pas d'unanimité, et [Pierre Elliott Trudeau] était décidé à aller de l'avant malgré tout », a soutenu M. Hewitt.

Pendant la réunion, Margaret Thatcher a affirmé que la position qu'elle défendrait en public serait que peu importe les positions des provinces, elle accéderait à la demande d'Ottawa. « La première ministre a répété qu'elle espérait ne pas voir des foules de gens faire du lobbying au numéro 10 », peut-on lire dans le compte rendu de la rencontre du 25 juin 1980.

Politique fédérale - Le lobbying constitutionnel du Canada préoccupait Margaret Thatcher

Actualités en vidéo

Partenaires