Grands Titres Santé

  • Soins aux réfugiés : les libéraux demandent de faire marche arrière +

    Manifestation contre la réduction du Programme fédéral de santé intérimaire pour les réfugiés, à Winnipeg, en juin dernier Photo :  Jeff StapletonLe Parti libéral du Canada exhorte Ottawa à revenir sur sa décision de couper dans les soins de santé offerts aux réfugiés.Le porte-parole libéral en matière d'immigration, K... Lire la suite
  • Santé - Deux cas de virus du Nil occidental détectés à Winnipeg +

     Photo :  iStockDeux donneurs de sang winnipégois sont porteurs du virus du Nil occidental, ce qui constitue les premiers cas humains de ce virus au Manitoba depuis deux ans.La Société canadienne du sang a décelé le virus chez ces deux personnes à la suite d'un don de sang la semaine dernière, selon les Lire la suite
  • Santé - La méthode Toyota fait ses preuves à l'Hôpital de Verdun +

    L'Hôpital de Verdun, dans le sud-ouest de Montréal, a réussi à éliminer complètement sa liste d'attente pour les examens de tomodensitométrie, mieux connus sous le nom de « scan » ou scanographe. Un patient subit un examen de tomodensitometrie. (archives) Photo :  IS/iStockLa direction de l'hôpital affirme avoir réussi cet... Lire la suite
  • Sclérose en plaques - Technique du Dr Zamboni: le manque de suivi dénoncé +

    La thérapie controversée traite les patients en débloquant leurs veines cervicales.Le veuf d'une femme de 37 ans, décédée il a une dizaine de jours des suites de la sclérose en plaques, soutient qu'aucun médecin saskatchewanais n'a voulu la suivre après qu'elle eut reçu le traitement de libération au Mexique et aux État... Lire la suite
  • Santé publique - Des premiers cas humains de virus du Nil à Toronto? +

    Les moustiques peuvent être porteurs du virus du Nil. Photo :  PCLa santé publique de Toronto rapporte ce qui serait ses deux cas probables du virus du Nil occidental chez les humains cette année.Il s'agit d'un homme d'un octogénaire, qui a été hospitalisé avec des symptômes du virus, et d'une femme de Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:
Un visage derrière de la cocaïne Photo :  iStockphoto

La cocaïne laisse ses adeptes démotivés et déprimés quand les effets de la drogue prennent fin. Des chercheurs américains ont annoncé avoir découvert, au niveau cellulaire, ce qui rend si difficile le sevrage des cocaïnomanes.

Selon le Dr Bradley Winters et ses collègues de l'Université de Washington, cette nouvelle découverte permet de mieux comprendre ce qui génère le sentiment de mal-être lié au manque. Elle pourrait éventuellement permettre d'atténuer les symptômes dus au sevrage et d'empêcher les fréquentes rechutes des consommateurs.

L'équipe de recherche s'est concentrée sur le récepteur cannabinoïde (CB1) de souris conçues génétiquement. Cette molécule favorise la communication entre les cellules nerveuses

Le CB1 est particulièrement actif dans le noyau accumbens, une région du cerveau gérant les émotions et la motivation, très sensible à la cocaïne.

Sous l'effet de la cocaïne, les chercheurs expliquent que le consommateur perçoit que tout est accéléré, et qu'il se trouve dans un état émotif recherchant la satisfaction immédiate.

Ainsi, après une prise de cocaïne, les souris ont produit du CB1 en excès, ce qui a bloqué en quelque sorte les freins de l'hyperactivité du cerveau dans la zone du noyau accumbens.

« C'est comme pour descendre d'une montagne abrupte, on doit freiner très fort. » — Dr Bradley Winters

Toutefois, le problème est que le cerveau ne sait pas comment relâcher les freins après la fin des effets de la cocaïne.

« Le sentiment, c'est qu'on se sent très mal et qu'on ne veut rien faire. [...] C'est ce qui ramène à la drogue, parce qu'on veut se sentir mieux et que la drogue est la seule chose qui peut nous motiver. » — Dr Bradley Winters

Le détail de ces travaux est publié les annales de l'Académie nationale des sciences (PNAS).

Le saviez-vous?En mai, des chercheurs britanniques avaient démontré que la diminution du volume du cerveau induite par l'âge semble s'accélérer chez les usagers chroniques de la cocaïne.

En complément

Ailleurs sur le web

Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes suggérés ci-après.

Actualités en vidéo

Partenaires