Grands Titres Science

  • Découverte à Montréal d'un gène qui cause le tremblement essentiel +

    Le tremblement essentiel affecte surtout les mains des personnes affligées Photo :  iStockDes chercheurs de l'Université de Montréal ont identifié le premier gène pouvant expliquer certains cas de tremblement essentiel (TE), ce qui permettra éventuellement un meilleur diagnostic de cette maladie souvent confondue avec le P... Lire la suite
  • L'Antarctique aurait déjà été une forêt « quasi tropicale » +

    Une récente étude publiée dans la revue scientifique Nature révèle que l'Antarctique était couvert par la forêt vierge il y a 52millions d'années.... Lire la suite
  • Découverte d'un fossile vieux de 365 millions d'années +

    Le Muséum national d'histoire naturelle, à Paris (archives) Photo :  AFP/PATRICK KOVARIKUne équipe du Muséum national d'histoire naturelle, à Paris, a annoncé mercredi dans la revue scientifique britannique Nature avoir découvert le premier fossile presque complet d'un insecte datant du Dévonien supérieur, il y a quelque 3... Lire la suite
  • Une lumière bleue pour aider les travailleurs de nuit +

    Une personne exposée à la lumière bleue Photo :  Université LavalDes chercheurs de l'Université Laval ont mis au point une lumière bleue qui régularise l'horloge biologique des travailleurs de nuit et des automobilistes fatigués.Ce type de lumière pourrait ainsi permettre aux quelque 2 millions de Canadiens qui... Lire la suite
  • Jeux de Londres : des bandes thérapeutiques aux vertus contestées +

    L'attaquant italien Mario Balotelli enlève son maillot après son second but contre l'Allemagne, en demi-finale de l'Euro 2012. Photo :  AFP/CHRISTOF STACHEDe plus en plus populaires, les bandes de couleurs Kinesio pour traiter les blessures sportives ont été aperçues dans les dernières années sur le corps des athlètes, dan... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:
Une orque Les femelles peuvent vivre jusqu'à 90 ans et les mâles jusqu'à 60 ans.

La période postreproductive de l'épaulard femelle est la plus longue jamais observée dans le règne animal. Quand sa période de fertilité est définitivement terminée, elle peut continuer à vivre de 50 à 60 ans.

Des biologistes pensent avoir découvert l'avantage de cette longévité pour l'espèce.

John Ford, de Pêches et Océans Canada, et ses collègues américains affirment que la présence de maman orque augmente considérablement le taux de survie de sa progéniture à l'âge adulte, particulièrement des jeunes mâles.

En fin de compte, selon les chercheurs, la présence de femelles âgées pourrait donc permettre d'augmenter le nombre de petits que leurs fils pourront avoir.

Méthode novatrice

Pour arriver à ces conclusions, les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Science ont appliqué un modèle statistique à 36 ans de relevés démographiques dans une population d'orques.

En compilant ces données des naissances et décès, ils ont ainsi pu calculer la probabilité de survie d'un individu à n'importe quel âge.

Le saviez-vous?La même méthode est utilisée par les compagnies d'assurance-vie dans le calcul des primes que doivent payer les individus pour leur assurance.

Le résultat montre que les rejetons d'une portée dont la mère avait une longue durée de vie avaient aussi tendance à survivre plus longtemps.

Ces résultats sont donc la preuve que les orques femelles qui cessent de se reproduire mais augmentent la survie de leur fils adulte peuvent optimiser la transmission de leurs gènes sans pour autant accroître la compétition au sein de leur groupe.

Comment la présence de la mère augmente-t-elle la vie de son fils? Les chercheurs ne disposent que de peu d'informations, mais estiment qu'elle pourrait aider à trouver de la nourriture ou encore aider en situation dangereuse.

En complément

Ailleurs sur le web

Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes suggérés ci-après.

Actualités en vidéo

Partenaires