Grands Titres Technologie

  • Twitter fait son entrée dans les salles d'audience de Colombie-Britannique +

    Les salles d'audience des tribunaux de la Colombie-Britannique ne seront plus des zones où les gazouillis sont formellement interdits.Les messages Twitter seront dorénavant permis pendant les procès à la Cour suprême et dans les tribunaux provinciaux, mais pour les avocats et les journalistes accrédités seulement. Les membres du public ne seront qu... Lire la suite
  • Nettoyage numérique : trois employés de Baidu arrêtés +

    Trois employés de Baidu, le plus important moteur de recherche en Chine, ont été licenciés après avoir été arrêtés par la police, soupçonnés d'avoir reçu de l'argent de "partenaires extérieurs" afin de supprimer des contenus. Un quatrième employé a également été licencié, mais n'a pas été interpellé. Ils sont soupçonnés d'avoir touché Lire la suite
  • Le cofondateur d'Apple inquiet face au nuage de données +

    Le Monde.fr avec AFP | 06.08.2012 à 17h09 • Mis à jour le 06.08.2012 à 17h09Salon Communicasia, à Singapour, en 2011. | AFP/ROSLAN RAHMANLors d'une réunion à Washington, M. Wozniak se dit inquiet de la façon dont a évolué le stockage des données, passant du disque dur aux serveurs à distance, un procédé connu sous le nom d'"informatique en Lire la suite
  • SFR attaque Orange sur ses offres pour les résidences secondaires +

    Le Monde.fr avec AFP | 06.08.2012 à 16h57Le logo de SFR. | AFP/LOIC VENANCEFrance Télécom commercialise une offre de téléphonie fixe et une offre Internet à respectivement 19 et 21 euros, réservées aux propriétaires des 3,2 millions de résidences secondaires en France. L'utilisateur a la possibilité de suspendre et reprendre à sa guise le service... Lire la suite
  • La Norvège se penche sur la reconnaissance faciale de Facebook +

    Le Monde.fr | 06.08.2012 à 12h59Par Le Monde.fr, avec BloombergLe système de reconnaissance faciale de Facebook. | Facebook"Facebook dispose d'un outil très puissant, et la façon dont il fonctionne n'est pas encore tout à fait claire", explique Bjorn Erik Thon, responsable de la protection des données en Norvège. L'autorité compte adresser un... Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
News:

Grindr : l'application de rencontres gays aux 4 millions d'utilisateursGrindr emploie aujourd'hui 45 salariés et 15 consultants, financés par la publicité et la version payante de l'application. | Grindr

Salut. – Salut.

– Tu ch ? – Au feeling et toi ?

– Plan. – Act ? Pass ?

– Pass. Pic ?"

Quatre millions de personnes l'utilisent presque partout sur la planète, d'abord aux Etats-Unis (1,5 million), puis en Grande-Bretagne (560 000). La France compte 260 000 abonnés, dont 200 000 à Paris, la deuxième ville au monde derrière Londres. Plus d'un million d'usagers se connectent à Grindr tous les jours ; en moyenne, 7 millions de messages et 2 millions de photos sont échangés toutes les vingt-quatre heures. L'application a d'ailleurs saturé lors de l'arrivée des athlètes aux Jeux olympiques, le 23 juillet.

"COMME UN ANIMAL DANS LA SAVANE"

Lancé en mars 2009, Grindr a vite envahi la vie des gays. Avec de bons côtés, car l'application est "très pratique", témoignent ses utilisateurs. De moins bons aussi : Grindr ne convient pas à tout le monde, mais rend "accro". L'application est présentée par son fondateur comme un réseau social. "Il ne faut pas être hypocrite, corrige Pierre, un gay de 33 ans. Ça sert essentiellement à avoir du sexe rapidement et facilement."

Une fois l'application téléchargée gratuitement, il suffit de se créer un profil. On choisit son pseudo, sa photo (du visage, d'une partie du corps sauf les parties génitales, d'un paysage), et un court texte de présentation. Le statut de chacun est précisé : célibataire, en couple, en "couple ouvert", marié...

Lire aussi en zone Abonnés : Grindr aide ses utilisateurs à trouver des gens qui leur ressemblent autour d'eux

Une fois sur l'application, les 200 profils d'utilisateurs les plus proches sont visibles, avec la possibilité d'échanger des messages privés et des photos. La distance à laquelle chacun se trouve est affichée, un petit signal vert montre qui est connecté. Plus la population est dense et les déplacements importants, plus les profils se renouvellent. On peut mettre une étoile à ses favoris, et bloquer ceux qu'on ne veut plus voir.

Sur Grindr, l'utilisateur est "comme un animal dans la savane qui voit ses proies tout autour", dit Daniel, 36 ans. D'autres la comparent à "un marché ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre", "un fast-food", voire... "une boucherie". Sur Grindr, on va droit au but. "Plan direct [sans parlote] now [maintenant]", "pour du fun entre mecs", annoncent des profils. Les rendez-vous ont lieu immédiatement ou plus tard, chez l'un ou chez l'autre, voire dans des parcs, caves, parkings...

"BESOIN DE CONSOMMER IMMÉDIATEMENT"

Ce mode de fonctionnement convient à beaucoup. "Je déteste parler pendant des heures, explique Antoine, 24 ans. L'appli correspond à un besoin de consommer immédiatement et de rester dans le superficiel."Pour Pierre, "il y a un côté mécanique qui rend les choses très simples. Cela correspond sans doute à l'évolution de notre société et des relations entre les gens".

Grindr : l'application de rencontres gays aux 4 millions d'utilisateursPlus d'un million d'usagers se connectent à Grindr tous les jours ; en moyenne, 7 millions de messages et 2 millions de photos sont échangés toutes les vingt-quatre heures. | Grindr

Grindr est une aubaine pour les timides et ceux qui ne fréquentent pas les lieux de rencontre gay. "Le fantasme d'une vie sexuelle flamboyante devient accessible à tous, analyse Daniel. Mais ça tue quelque chose." Se fairedraguer dans la rue devient exotique. "On perd l'habitude des échanges classiques", reconnaît Pierre. Certains ne cachent pas une certaine lassitude devant la pauvreté des entrées en matière. "Des gens me disent qu'ils en ont marre d'Internet, rapporte Rémi Calmon, directeur exécutif du Syndicat national des entreprises gaies, concurrencées par ce genre d'application. C'est pourquoi je crois en l'avenir des lieux de rencontre. Rien ne remplace le plaisir de la drague."

Mais Grindr, constamment accessible sur smartphone, est addictif. Tous le disent. Et le vivent plus ou moins bien. "Ça devient une habitude. Tu te balades, tu prends ton téléphone, tu lances l'appli, tu reçois trois messages, raconte Jérémie. Ça flatte l'ego." Certains la gardent allumée tout le temps. Au travail ou entre amis. "Les gens deviennent asociaux, dit Laurent, 34 ans, lui-même un habitué. En sortie, ils sont sans arrêt sur leur téléphone."

"C'EST COMME UNE DROGUE"

Daniel, qui vit en "couple ouvert", est très tenté de revenir au vieux téléphone portable pour s'en débarrasser. "C'est comme une drogue, dit-il. Je voudrais arrêter, mais je n'y arrive pas." Depuis l'achat de son smartphone il y a trois ans, il a fait "des centaines" de rencontres. "L'appli utilise toutes les faiblesses de la nature humaine, analyse-t-il. Tu te sens seul, tu ne te prends pas la tête, tu y vas. Tout ce qui est difficile dans la création et l'entretien d'une relation est évacué." Pour lui, "ça commence à devenir un problème pour la communauté gay".

Arnaud, qui à 20 ans, cherche une vraie histoire, n'y trouve pas non plus son compte. "Les garçons ne pensent qu'au cul, c'est déprimant." Mais pourquoi rester sur Grindr ? " C'est l'appli la mieux faite, celle où il y a le plus de profils. Moi aussi je veux tout, tout de suite !", répond le jeune homme. Pourtant, Antoine est formel, "il n'y aura pas d'histoire d'amour sur Grindr". Pour cela, mieux vaut fréquenter des sites de rencontre classiques. D'autres se disent qu'"on ne sait jamais". Beaucoup s'y sont fait des amis.

Dans cet univers impitoyable, mieux vaut être jeune et beau. "L'aspect physique joue beaucoup, raconte Jérémie. Un de mes ex n'a pas beaucoup de réponses, il est un peu fragile et le vit mal." Pourtant, être bloqué (supprimé par un interlocuteur) "fait partie du jeu". Tout comme spécifier qu'on ne veut pas de plus de 25 ou 35 ans. Du coup, beaucoup cachent leur âge et trichent sur les photos, quitte à se faireclaquer la porte au nez "en vrai". Quant à préciser qu'on ne veut pas d'Asiatiques ou pas de Noirs, il ne s'agit pas de racisme, assurent les habitués. "C'est une question de préférence physique", témoignent Stéphane, lui-même d'origine asiatique, ou Laurent, venu des DOM.

DES APPLICATIONS DESTINÉES AUX HÉTÉROSEXUELS

Les propositions de relations tarifées sont communes. Celles de sexe sans préservatif en progression. Les pouvoirs publics et les associations de lutte contre le VIH sont pourtant absents de l'application. "Ça n'était pas forcément mieux à l'époque où les gens se rencontraient entre deux portes sans avoir pu discuter avant, relativise Bruno Spire, président de l'association Aides. Là, les gens peuvent annoncer leur statut sérologique, négocier." Des militants commencent à investir l'application pour faire de la prévention, par exemple à Lyon, Besançon ou Grenoble. "Pas un jour ne passe sans qu'on me pose des questions", témoigne Jonathan Quard d'Aides.

Grindr correspond bien à la pratique "décomplexée" du sexe par les gays, constatent ses utilisateurs. D'autres applications destinées aux homosexuels, comme Scruff ou No Pic No Dial, sont présentes sur le même créneau, sans atteindre l'audience de Grindr. Mais le concept de la rencontre géolocalisée prendra-t-il chez les hétérosexuels ? Yuback, OkCupid Locals, Badoo s'y essaient. Grindr a également créé Blendr pour les hétéros en 2011. Mais l'application est peu fréquentée (la marque refuse de communiquer les chiffres), et les femmes s'y font rares.

Les hommes qui utilisent Grindr n'ont en général pas peur de se rendre chez un inconnu ou de le recevoir. C'est différent pour les femmes. "Ne pas divulguer des informations personnelles, y compris la localisation, est aujourd'hui le moyen par lequel Meetic préserve la vie privée de ses utilisateurs, explique Jessica Delpirou, directrice générale de Meetic France. Cette approche semble être en adéquation avec les attentes de nos adhérents, en particulier les femmes."

Actualités en vidéo

Partenaires